Le suicide d’Étienne Boutière (Aix-en-Provence, 3 mars 1873)

L’an mil huit cent, etc., à cinq heures du soir,
Nous Monge Hippolyte, commissaire de police, etc.
luynes-centreInformé qu’un nommé Boutière Étienne, âgé de 67 ans, propriétaire cultivateur, fils de Louis et Coquillat Marie, né à Aix, quartier de Luynes, veuf, père d’un enfant, s’était suicidé dans sa maison située au quartier, nous [nous] sommes transporté sur les lieux avec M. le docteur Rimbaud, affecté aux constatations médico-légales, et où nous avons constaté qu’un individu que le sieur Roche Louis, gendre du défunt, a désigné pour être le nommé Boutière Étienne, âgé de 67 ans, propriétaire cultivateur, était assis au rez-de-chaussée ayant un fusil entre les jambes au moyen duquel il s’était suicidé en plaçant le bout du canon sous le menton. La balle avait traversé la gorge l’inclinaison de l’arme1.
M. le docteur Rimbaud, invité à exprimer son opinion sur la cause présumée du sujet était d’avis qu’il s’agissait d’un suicide. Il résulte d’un autre côté de notre information que le défunt souffrait beaucoup depuis longtemps par suite de douleurs aiguës et que c’est à cette circonstance qu’on peut attribuer la détermination du suicide.
De tout quoi, nous avons dressé le présent procès-verbal.
Fait à Aix, etc.
  • Sources : Archives municipales d’Aix-en-Provence, I1-15, n°200.
  • Photographie : Centre du village de Luynes (Aix-en-Provence). DR.

1. Sic.

Faits divers d’Aix-en-Provence