Marie-Henriette Eberlin, directrice d’une école maternelle d’Aix

marie-henriette-eberlinMarie-Henriette Eberlin n’est pas originaire de Provence. Née à Wissembourg (Bas-Rhin) le 4 mars 1855, cette Alsacienne est la cadette d’une fratrie de huit dont le père, Jean-Henri Eberlin, 55 ans, est tanneur, et dont la mère se nomme Catherine Kautz, 41 ans1.
En août 1857, la famille quitte l’Alsace et s’installe à Paris, dans l’espoir de donner à ses enfants une instruction de qualité. C’est dans la capitale que grandit la jeune Marie-Henriette, rue Clisson2, dans le XIIIe arrondissement. C’est là que meurt son père en décembre 1869.
En janvier 1872, Marie-Henriette Eberlin quitte Paris et retourne dans l’Est. Elle s’installe chez sa sœur, institutrice à Hombourg-Haut, en Moselle, jusqu’en 1876. Elle a alors 21 ans. Elle retourne à Paris, chez un de ses frères, mais n’y reste que quelques mois. Elle est désormais en mesure de gagner sa vie. En mai 1877, il quitte la France en compagnie d’une famille autrichienne qui rentre chez alle à Vienne.
Pendant cinq ans et demi, elle s’occupe de trois jeunes enfants à qui elle dispense des cours d’éducation physique et de français.

Arrivée en Provence

Pendant que la jeune Marie-Henriette vit en Autriche, sa mère, Catherine Kautz, désormais veuve, part s’installer en Provence, chez une de ses filles domiciliée à Marseille. Et c’est logiquement que, fin 1882, Marie-Henriette vient vivre avec sa mère et sa sœur. À Marseille, elle suit un cours pour les écoles maternelles. Elle ne restera pourtant pas longtemps dans la ville car, après avoir été reçue à l’examen au printemps 1883, elle est nommée à un poste d’adjointe au quartier de la Roquette, à Arles.
Elle ne reste en poste que quelques semaines car, le 11 juin 1883, elle devient directrice de l’École maternelle de la rue Suffren à Aix-en-Provence, poste qu’elle occupera toute sa carrière.
En 1992, sa mère, Catherine Kautz, fille de Johannes Kautz et Marthe Petersohn, meurt à son domicile aixois de la rue Suffren, à l’âge de 78 ans. Le journal provençal Le Mémorial d’Aix s’en fait l’écho.
deces-mere-eberlin
Marie-Henriette Eberlin reçoit une médaille de bronze du ministère de l’Éducation en juillet 1899.

Notes

1. État civil du Bas-Rhin.
2. Pour des vues de la rue Clisson, consultez la page Wikipédia de celle-ci.

Biographies