Vol d’herbes avec violence (Aix-en-Provence, 18 mai 1774)

  • Sources : Archives départementales des Bouches-du-Rhône, dépôt d’Aix-en-Provence, 6B 2927.

Du 19 may mil sept cens soixante quatorze à dix heures et demy du matin, est comparu au greffe de Perricard et pardevant nous greffier soussigné, Joseph Cabassol, travailleur demeurant au terroir dudit Perricard, à la bastide de madame Roubaud, dont il est fermier, lequel, moyennant serment, a exposé que le jour d’hier, environ six heures du soir, étant aux environs de ladite bastide, il aperçut deux hommes qui étoient dans la partie des biens de ladite bastide appelée « les Craux » et, s’étant approché d’eux, il reconnut le nommé Gabriel dit Laugier et son fils âgé d’environ vingt-quatre ans, travailleurs demeurant au lieu d’Eguilles, travaillant aux ordres de Louis Arnaud, chargé de la confection et entretien du nouveau chemin d’Aix à Paris, lesquels étoient occupés, sçavoir le fils à faucher avec une serpe le foin et les herbes qui croissent au bord de ladite partie desdits biens et appartenant à ladite dame Roubaud, et le père qui les ramassoit dans des cabas, et ce même exposant leur représenta le tort qu’ils avoient de venir ainsi y couper et enlever lesdits foins et herbes dans un fonds qui ne leur appartenoit point.
Ils luy répondirent qu’ils la couperoient et l’enlèveroient malgré luy. Cette réponse engagea l’exposant de s’avancer pour empêcher que l’herbe coupée et ramassée fut enlevée par ces deux hommes.
Ceux-cy prirent le parti de monter sur ledit Grand Chemin, le fils emportant les cabas remplis et luy exposant voulant le retenir, le fils dudit Gabriel se retourna avec violence et luy donna un coup de la serpe ou faucille dont l’exposant fut atteint au bas du bras droit et en fut considérablement blessé.
Ajoutant l’exposant qu’il déclara audit Gabriel et à sondit fils qu’il les dénonceroit comme il les dénonce pour leur faire payer le droit de ban, suivant le statut et leur déclara aussy qu’il se pourvoiroit contre eux par tous les moyens de droit en raison du vol par eux fait et des voies de fait commises sur la personne de luy exposant.
Au moyen de ce, il se réserve de faire extimer (2) le dommage qu’il a souffert et de se pourvoir par la voie de l’information et autres contre ledit Gabriel et son fils; dont acte, ayant seulement fait sa marque pour ne sçavoir signer de ce enquis et requis.

[Marque de l'exposant]

[Agier greffier]


1. Orthographe ancienne de « Puyricard ».
2. Voir la page « Les estimateurs, leur rôle dans la communauté ».