Auguste Fouque, héros aixois (Aix-en-Provence, 13 octobre 1896)

Rue de l'Opéra, à Aix. DR.

Rue de l’Opéra, à Aix. DR.

L’an mil huit cent quatre-vingt-seize et le vingt-six octobre,

Nous Champion Hildebert,
Commissaire central de police à Aix (Bouches-du-Rhône), vu les instructions de Monsieur le Maire d’Aix, vu le dossier ci-joint, avons procédé à une enquête sur l’acte de courage et [de] dévouement accompli le 13 octobre c[ouran]t par le sieur Fouque et avons entendu:
M. Fouque Auguste, âgé de 30 ans, loueur de voitures, directeur de l’agence hippique d’Aix, demeurant à Aix, rue de l’Opéra, n°34.
« Le 13 du c[ouran]t, vers deux heures de l’après-midi, je me trouvais sur le cours Mirabeau à l’angle de la rue Miséricorde, lorsque j’ai vu arriver du bas dudit cours, 2 chevaux emballés attelés à un petit omnibus dont le timon était cassé; sur cet omnibus se trouvaient deux dames et le cocher.
« Voyant cela, je me suis élancé à la tête des chevaux et je n’ai pu les maîtriser qu’après avoir été entraîné sur un parcours d’environ 50 mètres.
« J’ai agi de la sorte prévoyant le danger qui pouvait arriver; si je n’avais réussi à me rendre maître de ces chevaux, ils seraient allés se heurter dans la pharmacie Gros où tout aurait été brisé et les personnes qui se trouvaient sur le véhicule auraient pu être tuées par ce choc ou, du moins, recevoir des contusions graves.
« En faisant cela, je n’ai écouté que mon courage et mon dévouement. Il y avait comme témoins l’agent de police MM Bevançon, Vitalis et Guillassier qui pourront témoigner ce que j’avance.
« Et après lecture, persiste et signe »,
[Au. Fouque, Le commissaire central] Suivent les témoignages des sus-nommés.

  • Sources : Archives municipales Aix-en-Provence I1-20, n°795