13 – Arles

La noyade d’une femme en Camargue (Arles, 20 novembre 1854)

bericle

L’an mil huit cent cinquante-quatre et le vingt-huit novembre à dix heures du matin, nous, Isidore Auguste Pierre Rame, adjoint au maire d’Arles, soussigné, faisant les fonctions d’officier public de l’État civil, par délégation, avons rédigé l’acte de décès d’un cadavre du sexe féminin inconnu, trouvé le vingt novembre courant à quatre heures du soir, à la jetée qui unit

Événements locaux (Arles, 26 juillet 1893)

arles-vue-generale-de-trinquetaille

CHRONIQUE LOCALE   Nous apprenons avec plaisir que l’Estudiantina Arlésienne va prendre par dimanche prochain 30 juillet au grand concours de musiques organisé à Beaucaire à l’occasion de la grande foire annuelle et de l’exposition de cette ville. Nous souhaitons bonne chance à notre sympathique société.

Jean Turcan (1848-1895), sculpteur arlésien

jean-turcan

Les documents consacrés à Jean Turcan ne sont pas nombreux et c’est avec difficulté que l’on réalise une biographie à son sujet. Ce sculpteur, né à Arles le 13 septembre 18461, jouissait pourtant d’une renommée considérable en Provence. Élève du sculpteur parisien Pierre-Jules Cavelier, il expose son Ganymède au Salon de 1878 et reçoit le deuxième prix pour cette œuvre2.

Émeute de gens affamés (Arles, 2 janvier 1752)

arles-vue-generale-de-trinquetaille

Le 2 janvier 1752, sur les sept heures du soir, de bons habitants préviennent les consuls qui étaient réunis dans l’Hôtel de Ville que, dans le quartier, il était attroupé un certain nombre de gens du bas peuple, les uns avec des armes à feu, la plus grande partie avec des tridents, des haches et des faux, ayant fifres et

V. La ville comtale d’Aix-en-Provence

La "fontaine Cézanne", rue des Bagniers
© Jean Marie Desbois, 2006

Page 1 / Page 2 / Page 3 / Page 4 / Page 5 La place Saint-Honoré n’existait pas avant 1713. C’était alors une rue étroite dans le prolongement de la rue des Grands-Carmes (rue Fabrot) jusqu’à l’actuelle rue des Bagniers (à quelques mètres près).

Une famille provençale : les Antonelle

antonelle

© Sébastien Avy (2013) Origine des premiers porteurs : Saintes-Maries-de-la-Mer. Implantation au XIXe siècle : Arles. Armes des Antonelle : D’azur, à cinq estoiles d’or mises en sautoir. Voici une généalogie de la famille d’Antonelle, éteinte au XIXe siècle. Vous pouvez retrouver par ailleurs une biographie de Pierre Antoine Antonelle (1747-1817). 1. Antonet Barthélemy, dit Antonel.