13 – Boulbon

Tombée de sa bourrique (Boulbon, 30 avril 1710)

sainte-anne-boulbon

« L’an mil sept cent dix et le premier du mois de may a esté ensevelie dans l’église paroissiale Sainte-Anne de ce lieu Gabrielle Berlandière, âgée d’environ soixante-quinze ans, morte hier subitement d’une chute, s’étant laissée tomber de sa bourrique, allant voir sa fille Catherine, veuve Pierre Durand, sans qu’elle ait donné aucun signe de vie.

Une mort alarmante (Boulbon, 6 août 1721)

boulbon2

« Le sixième d’oust mil sept cens vingt un, Joseph Gouraud dit Bourguignon, caporal de la compagnie colonelle genevelle du régiment de Fores, fils d’Estienne et de Marie Person, de la paroisse de Sauvigny-le-Bois, en Bourgogne, âgé de trente sept ans, a esté ensevely au cimetière No[t]re-Dame, il étoit arrivé le quatre icy, malade, venant de la ligne de Saint-Gabriel,

Mort d’un petit garçon (Boulbon, 13 juillet 1772)

boulbon-1

« L’an mil sept cent soixante et douze et le treize du mois de juillet a été enseveli dans le cimetière de cette paroisse Joseph Deymier, mort d’un coup de fusil, après une ordonnance de M. le juge des jour et an susdits, fils de Louis Deymier et d’Elizabeth Beaussan, agé d’environ quatre ans, présents les soussignés, avec nous vicaire.

Descente de cerveau(Boulbon, 1er avril 1695)

boulbon2

BMS Boulbon 203 E 222 Texte transmis par Jean-Marc Gauthier L’an mil six cent nonante cinq et le premier avril jour de grand vendredi a esté ensevelie au cimetiere st Marcellin décédée hier à onze heures du soir morte d’une descente de cerveau après avoir esté travailler toute la journée de divers accidents Jeanne Audiberte femme a Guillaume Reinaud de

Un drame de la noyade (Boulbon, 29 juin 1695)

L’an mil six cent nonate cinq et le vingt neufvieme du mois de juin dem(ois)elle Anne Giraude aagée d’environ trente ans femme du Sr Anthoine Arnaud marchand de la ville de Tarascon ayant esté submergée le second dud(it) mois jour de la feste de Dieu et de la st marcellin patron de ce lieu dans la rivière de Durance au

Un froid si cuisant… (Boulbon, 6 janvier 1709)

froid-a-paris-gustave-dore-thumb

BMS Boulbon 203E-222 : début année 1709Texte transmis par Jean-Marc Gauthier« Le six janvier appres vepres il s’est levé un froid si cuisant que dans trois jours la roue a été pris, il a duré dix sept jours en augmentant toujours, il a été si cuisant qu’il a tué tous les oliviers, tous les figuiers, et tous les bleds dans la