Crime à Fontienne ! (Fontienne, 11 mars 1839)

Lorsque François Richebois et Jean-Baptiste Barthalay marchaient sur la grand-route à Fontienne en ce matin du 11 mars 1839, ils ne s’imaginaient pas que passer près de la combe de Vaumagne allait être pour eux le prélude à une épouvantable journée. Après une courbe du chemin, ils voient en effet une forme sur le bas-côté et, s’approchant, constatent avec horreur qu’il s’agit du corps d’un homme, affalé dans une arme de sang.

fontienne

Avec précaution, on le met sur le dos d’un mulet et l’on s’empresse de le transporter jusqu’à Fontienne où les autorités et le médecin sont prévenus. Le cadavre n’est pas inconnu. Il s’agit de celui de Jean-Thiers Dulme, maréchal-ferrant à Saint-Étienne-les-Orgues. Cet homme de presque cinquante ans a pour habitude de parcourir les campagnes du canton à la recherche de quelques travaux à effectuer.
L’enquête va progresser rapidement grâce à la diligence des forces de l’ordre.
Quelques jours après le crime, en effet, deux chaudronniers calabrais sont arrêtés au village du Castellet, près d’Oraison. En peu de temps, ils reconnaissent être les assassins de Dulme. Mis à la disposition du procureur du roi à Forcalquier, ils passent des aveux complets.
Marchant comme Dulme sur la route de Fontienne, ils avaient croisé l’honnête maréchal-ferrant qui les avait salués et, s’approchant, lui avaient demandé s’il avait de l’argent sur lui. Dulme avait commis l’erreur de répondre qu’il en avait, mais bien peu. À ce moment, l’un des deux hommes avait sorti de son sac une arme étonnante avec laquelle il avait fait feu, tuant sur le coup le pauvre Dulme. Puis, les assassins lui avaient fait les poches et étaient repartis en changeant de route pour ne pas être inquiétés.
La balle extraite du corps de la victime s’avérera être du même métal que celui qu’utilisent les chaudronniers pour leur industrie. Quant à l’arme, elle ne manquera pas d’étonner : il s’agit d’un soufflet, comme ceux qu’utilisent les chaudronniers, sur le long tuyau duquel on a ajusté une platine et une culasse. De quoi en faire une arme à feu parfaite et redoutablement efficace.
Le pauvre Jean-Thiers en a fait les frais. Il laisse une veuve. Les assassins, quant à eux, connaîtront la justice suprême que leur infligera le tribunal quelques mois plus tard.

Photographie : DR.

 

Commentaires

  1. Anonymous dit :

    Bonjour, connait on l’identité des deux chaudronniers calabrais,
    peut être font ils parti de mes ancêtres!
    merci

  2. Bonjour. Je ne connais pas leur identité, mais il y a moyen de le savoir en retrouvant les minutes du procès aux archives de Digne.

  3. Anonymous dit :

    ok merci pour la réponse