Douchés et vexés (Toulon, 22 janvier 1889)

« Avant-hier, dans la soirée, les religieuses de l’ouvroir de Saint-Vincent-de-Paul avaient aperçu plusieurs jeunes gens d’une quinzaine d’années qui essayaient du dehors de grimper aux fenêtres de la salle servant d’atelier.

Ennuyées de ces importuns, elles résolurent de s’en délivrer par un coup de maître.© sashazamarasha – Fotolia.com

L’une d’elles, s’étant munie d’un seau d’eau, s’approcha à pas de loup de la porte, l’ouvrit brusquement et lança le liquide à la figure de… deux agents de police qui, ayant vu de loin les gamineries de ces jeunes gens, s’étaient avancés pour y mettre fin.
On juge du désespoir des bonnes sœurs en voyant leur méprise.
Les agents, furieux d’avoir reçu une pareille douche, ne voulurent entendre aucune des excuses que leur firent les filles de Saint-Vincent-de-Paul, et leur dressèrent procès-verbal. »

  • Source : La Sentinelle du Midi, 24 janvier 1889
  • Photographie : © sashazamarasha – Fotolia.com