Inondation du centre-ville (Aix-en-Provence, 7 septembre 1771)

Le cours Mirabeau vers 1910.Chacun sait qu’il s’annonça comme un éclair ; à l’instant même il tomba du ciel un volume d’eau étonnant ; dans l’instant même toutes les rues de la ville furent inondées.
Le Cours1 nonobstant, la pente et le dégorgement qu’il peut avoir, n’était plus qu’un étang ; toutes les conduites furent insuffisantes pour recevoir et dégorger un volume d’eau aussi immense ; les eaux, forcées dans les aqueducs et souvent retenues par le fumier qu’elles y avaient emporté, avaient filtré de droite et de gauche ; il y avait peu de caves qui ne fût inondée : chacun fut obligé de les faire vider à bras ; enfin l’aqueduc du Pont-Moreau2, tant immense qu’il est, pouvait tellement peu recevoir les eaux qui y abordaient qu’elles se reversaient au Cours et qu’elles y entraînaient des cuves à lessive dans lesquelles les polissons se placèrent et flottèrent ainsi au milieu du Cours à la faveur des eaux qu’il y avait.

Notes

1 Le cours Mirabeau.
2 Dans l’actuelle rue Thiers.

  • Sources : Archives communales d’Aix-en-Provence, GG544.
  • Photographie : Le cours Mirabeau vers 1910. DR.