L’assassinat d’un patriote (Maussane-les-Alpilles, 13 mars 1800)

  • Registre d’état-civil de Maussane
« Aujourd’hui 22 ventôse an 8 de la République française, à deux heures de l’après midy, a comparu devant nous, juge de paix, officier de police judiciaire du canton de Maussane, Marguerite Cornille, fille majeure de Claude Cornille, cultivateur de cette commune de Maussane, qui nous a déclaré avoir trouvé ce matin, à 6 heures, dans le vallon de Valoste, situé dans cette dite commune et dans des buis, un homme mort ayant la tête couverte de sang.
Enquise de signer, a dit ne savoir signer.

Et nousdit, juge de paix officier de police judiciaire du canton de Maussane, d’après la connaissance qui nous a été donnée, considérant que la mort dont s’agit peut être regardée comme suspecte, nous nous serions rendu de suite avec notre greffier pour la constater dans ledit vallon de Valoste, dans cete commune de Maussane, où, étant, nous aurions fait vérifier le cadavre par le citoyen Pecoul [1], officier de santé de cette dite commune, lequel nous aurait rapporté avoir reconnu sur iceluy différentes blessures à la tête, ayant les os pariétaux coupés en travers, différentes autres blessures aux bras et dans les mains qui nous ont paru toutes avoir été faites avec [un] instrument tranchant comme [un] sabre et autres, étant mort desdites blessures, et a signé Pecoul, officier de santé.

[PECOUL]
Et, faisant la description dudit cadavre, nousdit juge de paix, dison qu’il est celuy d’un homme âgé d’environ 30 ans, taille 5 pieds, 2 pouces [2], bouche grande, nez court, visage assez plein, couvert d’un habit d’uniforme bleu, bas de laine blanc ayant des guêtres de toile grise par-dessus, des souliers aux pieds et un chapeau à son côté où il se trouve une cocarde nationale, ayant toute la tête ensanglantée, ayant vu à environ 25 pas [3] dudit cadavre un gros tas de sang qui était en partie couvert par des buis coupés et placés en pressement.
Toutes lesquelles circonstances recueillies, nous n’avons pu trouver personne qui ait pu reconnaître ce cadavre, ny la nature de son délit.
Nousdit, juge de paix, disons que rien n’empêche que ce cadavre susmentionné soit inhumé dès à présent et sera le présent procès-verbal sans délay présenté à l’officier public de la commune de Maussane, pour être transcrit dans ls registres, en conformité de la loy.
Fait et dressé le présent procès-verbal sur les lieux, le jour et an que que devant pour être intercalé dans les registres dudit officier public et nous nous sommes soussigné.

D’après la lecture de ce procès-verbal qu’André Sautel et Gaspard Bartagnon ont déclaré être conforme à la vérité et la représentation qui m’a été faite du cadavre, j’ay rédigé en vertu des pouvoirs qui me sont délégués le présent acte que Jean Benson, juge de paix, André Sautel et Gaspard Bartagnon ont signé avec moy.

Fait à la maison commune, le jour et an que devant.


[1] Il s’agit selon toute vraisemblance de François Pierre Pecoul, officier de santé et chirurgien de l’hôpital civil de Maussane. Son fils, Esprit Florent Agricol Pecoul, était aussi officier de santé.
[2] Environ 1, 68 m.
[3] Moins de 20 mètres.