Une battue aux loups (Montgardin, 5 mai 1839)

Gap, le 2 mai 1839,
routeMonsieur le Maire,
Par son arrêté du 27 avril dernier, Monsieur le Préfet m’ordonnant une battue aux loups, dans les bois communaux d’Avançon, Montgardin et Chorges, a bien voulu m’en confier la direction et me charger du soin d’en fixer l’heure et le jour.
Cette battue aura donc lieu dimanche prochain, 5 du présent mois, mais elle devra commencer dans les bois des trois communes à sept heures précises. Voici les diverses dispositions qu’il convient de prendre pour en assurer le succès :
1° Il faudra vous procurer le plus grand nombre possible de traqueurs et, à l’heure fixée, faire commencer la battue, en la dirigeant du pied du bois vers leur sommet et du côté de Chorges, autant que faire se peut, afin que si les loups étaient manqués par vos tireurs, ils puisent être rejetés sur ceux de cette commune.
2° Vous aurez la bonté de choisir les divers habitants de votre commune réputés pour être les meilleurs tireurs, et ceux-là seulement devront être postés et armés de fusils. Il suffit qu’ils soient assez nombreux pour cerner les côtés du bois opposés à celui d’où partiront les traqueurs. Vous voudrez bien remarquer que les battues sont souvent sans succès parce que tout le monde veut porter un fusil et que, par conséquent, le nombre des traqueurs est insuffisant.
3° Il est important que vous assistiez vous-même à la battue ou que vous vous y fassiez représenter, soit par votre adjoint, soit par un membre du conseil municipal, assez ferme et influent pour se faire obéir.
4° Vous voudrez bien informer vos administrés qu’il ne doit pas être tiré un coup de fusil sur quelle pièce de gibier quelque ce soit, et qu’il sera dressé procès-verbal contre tout individu qui enfreindrait cette défense. Cette condition est rigoureusement nécessaire. Si elle n’est pas exécuté, il est impossible de détruire les loups parce que un coup de fusil tiré dans une direction leur en fait prendre une autre et qu’alors ils passent loin des chasseurs.
Telles sont, M. le Maire, les dispositions vraiment utiles dont j’ai l’honneur de vous prier d’assurer l’exécution dans votre commune. Au reste, M. le Garde général et moi assisteront lui à Avançon, et moi à Montgardin à cette battue, mais il n’importe pas moins que les dispositions soient prises d’avance.
Recevez, Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération distinguée.
L’Inspecteur des forêts.
  • Archives départementales des Hautes-Alpes, E dépôt 1, F3.
  • Photographie : Forêt à Montgardin. Jean Marie Desbois, 2003.