Biographies

Mathieu Anibert (1742-1782)

Mathieu Anibert. DR.

Mathieu Louis Anibert (né à Arles, paroisse Saint-Pierre-de-Trinquetaille, le 12 octobre 1742, et décédé dans la même paroisse le 19 novembre 1782) était un avocat, un poète et un historien arlésien. L’enfance d’Anibert Fils de Vincent Anibert, bourgeois, et de Marguerite Noguier, il perdit son père encore enfant.

Barral des Baux, histoire d’un seigneur

corbeau

Barral (1217-1270), sénéchal du Comtat pour le comte de Toulouse (1236), dont il épousa la nièce, Sibylle d’Anduze, fut seigneur des Baux-de-Provence de 1240 à 1270. Avant d’hériter de son titre de seigneur des Baux, le plus éclatant des faits d’armes de Barral fut sa prise du Comtat venaissin.

Marianne Astrion (1837-1861)

Naissance : 26 mars 1837 à Montgardin (Hautes-Alpes) Mariage : 10 février 1858 à Montgardin (Hautes-Alpes) Décès : 19 juin 1861 à Montgardin (Hautes-Alpes) Au gré des recherches généalogiques, on tombe parfois sur des tranches de vie empreintes d’une rare intensité dramatique à côté de laquelle on pourrait passer si on ne prenait le temps de s’y attarder.

Souvenirs d’enfance

chaix02web

par Berthe Fernande Chaix (Jarjayes, 1906-Éguilles, 1991) Le texte qui suit est tiré d’un cahier rédigé il y a une vingtaine d’années par Berthe Fernande Chaix, ma grand-mère, cinq ans environ avant sa mort. Elle y relate son enfance dans un petit village des Hautes-Alpes.

La mort de Robert de Lamanon
(Maouna, 11 décembre 1787)

robert-de-lamanon

Jean Honoré Robert de Paul de Lamanon, dit Robert de Lamanon (1752-1787) appartenait à la famille des seigneurs de Lamanon, anoblie en 1572. Né à Salon le 6 décembre 1752 de Jean François de Paul de Lamanon et d’Anne de Baldony (Aixoise de naissance), il connut la renommée en tant que botaniste, physicien et météorologiste.

Pascal Coste (1787-1879), architecte marseillais renommé

coste

Xavier Pascal Coste, dit Pascal Coste, est né à Marseille le 26 novembre 1787 d’un père figurant parmi les principaux menuisiers de la ville. Se rendant compte des capacités intellectuelles et artistiques de son fils, il lui fit commencer des études chez Penchaud, architecte du département et de la municipalité. En 1814, il fut reçu aux Beaux-Arts de Paris.