Meurtre/Assassinat

Un soldat assassiné (Eygalières, 7 octobre 1781)

eygalieres-avenue-de-la-leque

« L’an que dessus et le sept octobre, en suite du verbal et de l’ordonnance des sieurs officiers de la jurisdiction de ce lieu a été enseveli un soldat qui a été trouvé assassiné près du grand chemin d’Orgon à Saint-Rémy, portant sur les boutons de son uniforme, habit, veste et culotte blanche, revers et parements rouges, le numéro quarante-neuf.

Un drame de la ja­lou­sie (Mar­seille, 7 mars 1839)

L’Assassinat de Przemysł II à Rogoźno.
WojciechGerson (1881)
Musée national de Varsovie (Pologne)

L’Assassinat de Przemysł II à Rogoźno.WojciechGerson (1881)Musée national de Varsovie (Pologne) « Un ouvrier tonnelier, âgé de 32 ans, Jubelin Fournier, demeurant 13, rue Sainte-Catherine, pris de jalousie pour sa femme, a mis à exécution un dessein formé depuis plusieurs jours, mais qui fut hâté par une pancarte injurieuse pour son honneur, qu’il trouva affichée à sa porte.

Une beauté fatale (Manosque, 1341)

manosque

Nous sommes en 1341 en un lieu et une époque où l’on n’accorde globalement pas une importance démesurée à la vie humaine. Ainsi, pour des peccadilles, nombre de Manosquins se retrouvent occis, qui pour un regard de travers, qui pour une parole malheureuse. Que les Manosquins se rassurent, la constatation vaut pour le reste des Provençaux.

Des braconniers tueurs de gendarmes

La loi a toujours puni le crime de braconnage. Pourtant, l’histoire atteste que, au fil des siècles, sa pratique n’a jamais cessé. Ainsi, le jeu du gendarme et du braconnier s’est régulièrement perpétué, le premier arrêtant le second et le jetant en prison ou lui faisant payer une forte amende.

Assassinat d’un berger (Saint-Martin-de-Crau, 16 janvier 1766)

saint-martin-de-crau-avenue-republique-arles

« L’an mil sept cent soixante six et le vingt-un du mois de janvier a été ensevely dans le cimetière de cette paroisse Pierre Pourchier, berger, assassiné pendant la nuit du seize au dix-sept dud[it] mois, et inhumé en vertu de l’ordonnance à nous faite par monsieur le lieutenant criminel au siège de la ville d’Arles, témoins présents et soussignés,