Meurtre/Assassinat

Une beauté fatale
(Manosque, 1341)

manosque

Nous sommes en 1341 en un lieu et une époque où l’on n’accorde globalement pas une importance démesurée à la vie humaine. Ainsi, pour des peccadilles, nombre de Manosquins se retrouvent occis, qui pour un regard de travers, qui pour une parole malheureuse. Que les Manosquins se rassurent, la constatation vaut pour le reste des Provençaux.

Des braconniers tueurs de gendarmes

La loi a toujours puni le crime de braconnage. Pourtant, l’histoire atteste que, au fil des siècles, sa pratique n’a jamais cessé. Ainsi, le jeu du gendarme et du braconnier s’est régulièrement perpétué, le premier arrêtant le second et le jetant en prison ou lui faisant payer une forte amende.

Assassinat d’un berger (Saint-Martin-de-Crau, 16 janvier 1766)

saint-martin-de-crau-avenue-republique-arles

« L’an mil sept cent soixante six et le vingt-un du mois de janvier a été ensevely dans le cimetière de cette paroisse Pierre Pourchier, berger, assassiné pendant la nuit du seize au dix-sept dud[it] mois, et inhumé en vertu de l’ordonnance à nous faite par monsieur le lieutenant criminel au siège de la ville d’Arles, témoins présents et soussignés,

Tué d’un coup de feu (Saint-Zacharie, 6 mai 1800)

© Christophe Fouquin - Fotolia.com

« Le seize floréal an huit républicain, pardevant moy agent municipal de Saint-Zacharie et dans la salle commune, sont comparus Jean Baptiste Marcel, âgé de quarante-six ans, et Jean François Simien père, âgé de soixante-quatre ans, tous ménagers de cette commune et y résidant, lesquels m’ont déclaré que Honoré Sabathier, conscrit de la troisième classe, fils à Joseph, ménager, et

Tué par son pastre (Graveson, 30 septembre 1653)

berger-troupeau

« Le 30 de 7bre a esté ensevely dans léglise parroissialle près les bancs des consuls à la sépulture des Bruns Paul Briole, lequel a esté tué par son pastre et n’a reçu aucun sacrement, l’âme duquel requiescat in pace. » Registre paroissial de Graveson Anecdote découverte par J.-R.