Le plus petit soldat de France (Saint-Crépin, 1907)

Exemple d'« atrophié", Hautes-Alpes, début XXe siècle.

Portrait d’un homme de petite taille, autrefois appelé « atrophié », Hautes-Alpes, début XXe siècle.

La taille minimale exigée par l’armée a beaucoup varié au cours des siècles.
De 1832 jusque sous la Troisième République, elle est de 1,56 m. Mais, en 1905, la peur du manque d’effectifs pousse le législateur à supprimer la taille minimale pour être incorporé dans l’armée française.
C’est heureux pour le dénommé Bernaudon de Saint-Crépin qui, sans cela, n’aurait pu revêtir la tenue militaire ; ce qui lui vaut d’être signalé par le journal La Croix, dans son édition du 5 novembre 1907, comme le plus petit soldat de France :
« HAUTES-ALPES – Le plus petit soldat de France.
On nous écrit de Gap :
C’est probablement celui qui se promène dans la ville. Il s’appelle Bernaudon, est originaire de Saint-Crépin, sa taille atteint 1,35 m.
Il ne tenait qu’à lui d’être exempté. Mais quand, au conseil de réforme, il fut question de le réformer, il fit éclater une telle douleur de n’être pas considéré comme bon pour soldat, que le major ému décida de le conserver dans les rangs du 17e de ligne, comme employé.
Il est apprenti cordonnier au régiment, mais il n’en est pas moins soldat et porte son uniforme avec assurance. »
© Marcel Sarrazin

Mort pour la France ?

Un Giraudon de Saint-Crépin, né en 1887, mort à l’ennemi en 1917, pourrait bien être notre Bernaudon. Jean Augustin Bernaudon serait mort devant Saint-Quentin, dans l’Aisne, le 17 avril 19171.

Note

1 Voir sa fiche sur le site du Ministère de la Défense.