Phénomène météorologique

« Vingt flambeaux blanchâtres » (Roumoules, 15 novembre 1618)

© Esteban De Armas Bonino / iStockphoto

En 2012, Francis Pelotier, généalogiste des Alpes-de-Haute-Provence, découvrait le texte de maître Robin, un notaire bas-alpin du XVIIe siècle, dont les mots ne manqueront pas d’étonner le lecteur moderne. Ce texte a été écrit il y a près de 400 ans, à Roumoules, un village situé entre Riez et Moustiers-Sainte-Marie, à la fin de l’année 1618.

Quand l’orage tue (Ancelle, 21 juillet 1785)

© Dudarev Mikhail – Fotolia.com

© Dudarev Mikhail – Fotolia.com Joseph Espitallier, fils de Claude, maître maçon d’Ancelle, âgé de vingt-quatre ans, tué d’un coup de tonnerre le vingt-un, nous lui avons donné la sépulture ecclésiastique le vingt-deux du mois de juillet mille sept cents quatre-vingt-cinq, par la demande de M.

Mort d’un coup de foudre (La Mure-Argens, 19 juin 1757)

arbre-foudroye

« L’an cy-dessus et le dix-neuf juin a été enseveli M. Jean Joseph Gimbert, fils de Jacques et de Claire Isouard, après les formalités de justice, attendu sa mort violente d’un coup de tonnerre, mort le jour d’hier. » [LATIL vicaire] Registre paroissial de La Mure-Argens Illustration : Chêne frappé de la foudre. Maxim Nikivorovitch Vorobiev, 1842.

La rivière déborde ! (Riez, 18 août 1773)

riez-vue-generale

Si d’année en année, nous nous sommes habitués à entendre parler de catastrophes naturelles dans notre pays, et parfois dans notre région, rappelons que nos ancêtres ont été confrontés eux aussi à de tels drames. Le Colostre est une rivière d’apparence bien calme. Pourtant, encore récemment, en 2006, son débordement a causé l’inondation des rues de Riez.

Une calamité naturelle
(Manosque, 17-23 juin 1786)

foudre-tonnerre-gris

Les récoltes de l’année 1786 s’annonçaient somptueuses. Partout dans le terroir de Manosque, on se disait qu’on allait faire bombance à la fin de l’été et chaque famille s’en réjouissait. Pourtant les rires eurent tôt fait de se changer en grimaces lorsqu’on vit arriver en fin de journée, le 17 juin, des nuages noirs qui ne présageaient rien de bon.

Mort de frayeur (Les Arcs, 29 septembre 1718)

arbre-foudroye

« Joseph Dauphin, jeune homme originaire du lieu du Muy, nommé Estienne Dauphin, agé de trente six ans, a été trouvé mort dans une cabane du terroir de ce lieu, quartier de Trapontin, ce jourd’hui vingt neuf septembre mil sept cent dix huit et l’on croit qu’il est mort de frayeur à cause de la tempete effroyable qui arriva hier,