Provençal

Félibres et Félibrige

Fondation du Félibrige à Font-Ségugne (1854)

2014 est l’année Mistral, des­ti­née à commémorer le cen­te­nai­re de la mort de Frédéric Mistral le 25 mars 1914. Géné­Provence tient à s’as­so­cier à cette célébration en vous proposant durant cette année, au rythme d’un article par mois, les biographies des premiers Félibres. [caption id="attachment_10111" align="alignleft" width="300"] Fondation du Félibrige à Font-Ségugne (1854)[/caption] Le félibrige Le Félibrige est créé par sept jeunes poètes provençaux le 21 mai 1854, jour de la Sainte-Estelle, au château de Font-Ségugne, sur la commune de Châteauneuf-de-Gadagne, dans le Vaucluse.

[Provençal] Moun papet / Mon grand-père (partie 3)

chasseur-detail

Parties : 1 / 2 / 3 AU CHIN I’AGRADAVO tam­bèn de cour­se­ja un pau li cou­niéu, mai avié la de­co de gai­re óu­bei : de tèms en tèms, pre­nié si gàr­ri. Cado fes que ni­fla­vo de cas­sun, bra­ma­vo fort : bau ! bau ! bau ! Davalavo la colo. Chaurrihavo. Repartié. Davalavo la colo la narro au vènt.

[Provençal] Moun papet / Mon grand-père (partie 1)

moun-papet

Parties : 1 / 2 / 3 Moun papet LOU TELEFONE que souno, just à l’ouro de passa à taulo ! Èro toujour li moumen que chausissien li publicitàri pèr veni destourba li raconte que moun papet nous fasié cade cop que se retroubavian autour de la taulo dóu dimenche. Lou papet èro un manjeiras davans lou Bon Diéu.

[Provençal] Le Trembleur / Lou Tremoulaire

lambesc-tremblement-de-terre

Voici une petite histoire inspirée du tremblement de terre de Lambesc, du 11 juin 1909. Nous vous la proposons en français, accompagnée de sa traduction provençale réalisée par Martine Bautista. ILS ÉTAIENT FIANCÉS depuis la Saint-Michel 1908, et se marièrent le 30 avril 1909, le dernier jour permis avant le mois de mai pour respecter la coutume religieuse.

[Provençal] Damisello Elia

Miramas. Avenue de Saint-Chamas. Cliché Parraud.

DAMISELLO ELIA me semoundeguè aquesto carto poustalo de Miramas emai me la countè tambèn. N’en vaqui lou raconte : Sus aquesto carto poustalo, i’a un moussu em’un capèu mòu e uno cano : èro moussu Pons. Se tèn davans soun magasin de grano. Un entre-paus qu’eisistavo encaro i’a quàuquis annado d’acò. Lou couneissiéu bèn bord que restave just procho d’aqui.