Architecture

La chapelle Saint-Christol, à Mirabeau (Alpes-de-Haute-Provence)

chapelle-saint-christol

Le choix de l’emplacement de la chapelle Saint-Christol n’est pas dû au hasard. Construite en galets au plus tard au XIe siècle (puisque citée en 1079), elle se trouve précisément sur le trajet d’une ancienne voie antique reliant Sisteron à Fréjus, sur l’emplacement d’une ancienne villa gallo-romaine. C’est dire l’ancienneté du choix du site.

Le moulin de Daudet à Fontvieille

Moulin dit de Daudet, à Fontvieille. © Jean Marie Desbois, 2012.

[caption id="attachment_2939" align="alignleft" width="225"] Moulin dit de Daudet, à Fontvieille.© Jean Marie Desbois, 2012.[/caption] Un des symboles les plus connus des Alpilles (pour ne pas dire le plus connu) est le bâtiment que l’on trouve sur le territoire de la commune de Fontvieille et que l’on appelle du nom ô combien évocateur de « moulin de Daudet ».

L’église Saint-Césaire d’Arles

saint-cesaire-arles-facade

Il existe dans le quartier de la Roquette, à Arles, une église connue autrefois sous le nom d’église des Grands-Augustins avant de prendre celui de Saint-Césaire, du nom du célèbre évêque vénéré dans la cité en sa cathédrale ou encore aux Alyscamps.

Le moulin d’Alleins

moulin-alleins

Sur les hauteurs d’Alleins (Bouches-du-Rhône), les restes d’un moulin à vent se dressent depuis des siècles, surplombant le village. Le bâtiment que l’on voit aujourd’hui a semble-t-il été érigé vers 1607 par le seigneur du lieu à la suite d’un accord avec les habitants qui s’engageaient en contrepartie à y porter la totalité de leur récolte de blé.

Baptême d’une cloche (Éguilles, 21 mars 1723)

eguilles

« L’an mil sept cent vingt trois et le vingt un du mois de mars a été baptizée une cloche pour la chapelle de l’Hermitage, à laquelle a été donné le nom de Julien, dont le parrain a été sieur Paul Ventre, premier consul, bourgeois de la ville d’Aix, et la marraine demoiselle Anne Cheilan, qui n’a su signer de ce

Tué par la voûte de sa maison (Maussane, 8 septembre 1762)

« L’an mil sept cens soixante deux et le neuvième jour du mois de septembre, a été enterré dans le cimetière de cette paroisse Joseph Lanet, menuisier, dit Le Provençal, âgé d’environ trente quatre ans, originaire de Berre, décédé subitement depuis hier à Maussane par la chute de la voûte de la maison qu’il habitoit, témoins messire Tavan, vicaire de

Chaudun, les ombres du passé

chaudun-1

Le village de Chaudun, à 11 kilomètres de Gap (Hautes-Alpes) comptait 176 habitants en 1806. En raison des enneigements monstrueux dont il était victime chaque hiver, le hameau fut peu à peu déserté et fusionna avec la commune de Gap vers 1895. Au début du XXe siècle, il était déjà en ruine.