Médecine

Une femme qu’on croit imbécile (Veynes, 22 octobre 1718)

Odilon Redon, La Folie, estampe, G. Fischbacher, Paris, 1882.

[caption id="attachment_12468" align="alignright" width="300"] Odilon Redon, La Folie, estampe, G. Fischbacher, Paris, 1882.[/caption]« Le 22 octobre 1718, j’ai enterré une femme qu’on croit imbécile qui courait le pays et qui tombait du haut mal1 qu’on trouva hier morte du côté du hameau d’Oriol sans blessures ni autre coup ainsi qu’il conste par la procédure faite.

Jean Ailhaud (1674-1756) et sa poudre miracle

Le château du Grand-Pré, à Vitrolles-en-Luberon, appartenait à Jean d'Ailhaud.© Thythy, 2008. Creative Commons

Jean Ailhaud est né à Lourmarin (Vaucluse) en 1674. Ce médecin exerçait à Cadenet (Vaucluse). Il est le découvreur d’une poudre purgative qui porte son nom et qui atteignit une renommée sans précédent en Provence et dans la France entière. Auteur de plusieurs traités, il mourut riche et honoré en 1756.

Morte à 120 ans (La Cluse, 2 mars 1684)

Registre paroissiaux de la Cluse (Hautes-Alpes)Texte transmis par Claude PiotJ’ai assisté ce second de mars de l’année mil six cent quatre-vingt quatre de l’incarnation de N. S J. Christ aux funérailles de Louise Saulse vefve de Jame Beynet aagée environ de six vingt ans selon le témoignage des plus anciens.

Une épidémie d’héméralopie à Maussane en mars 1841

maussaneplace

Plusieurs auteurs du XIXe siècle ont signalé un fait curieux qui a trouvé place dans la petite commune de Maussane, dans les Alpilles, en 1841. Ainsi, le Dr. Florent Cunier, dans son livre Annales d’oculistique, Bruxelles, 1842 (p.237-8), cite le médecin-chirurgien du village : « M. Fréchier (1) a (…) eu l’occasion d’observer cette affection [l'héméralopie] sous la forme épidémique.

Guéri ou pas ? (Aix-en-Provence, 3 octobre 1776)

John Singer Sargent (1856-1925), Olimpio Fusco, 1905.

« Au […] bureau [de police], sieur Estiene Longis, ancien officier d’infanterie, du lieu de Cassis, a exposé que, au commencement du mois d’août dernier, se trouvant à Aix, il fut appelé de la part du sieur Bajolle et de sa femme, boulanger de cette ville, par la voie du sieur abbé André, secondaire du lieu de Venelles, qui se trouvait

Mort alors que le mal contagieux faisait de grands ravages… (Verquières, 3 juin 1721)

BMS de Verquières, 203 E 345 f° 33Texte transmis par Sébastien AvyL’an mille sept cent vingt un et le troisieme du mois de juin est decede d’un accident d’apoplexie Claude Barralier, originaire de Saint Andiol, berger a Beauplan, metairie de cette paroisse, sans avoir pu luy administrer aucun sacrement comme le mal contagieux faisoit de grand ravage au voisinage il

Le cheval morveux du sieur Jartoux (Montgardin, 19 novembre 1845)

Archives départementales des Hautes-Alpes, E dépôt 1 – I4.Préfecture des Hautes-Alpes Gap, le 19 novembre 1845 Monsieur le Maire, dans un rapport que je reçois, le sieur Lamotte, vétérinaire, me fait connaître qu’il s’est rendu chez le sieur Jean Jacques Jartoux, marchand de bestiaux et propriétaire à Montgardin, pour y examiner un cheval qui, atteint de la morve, aurait communiqué