[Provençal] Lou mes de mars / Le mois de mars

vaco-small

SE REMEMBRARAN de l’istóri de la Vièio dóu mes de febrié, n’en vaqui la seguido. Aqueste prouvèrbi es en metre en relacioun emé lou terme prouvençau : Vaqueiriéu, es à dire li jour de la vaqueirouno, noum douna i tres darrié jour de mars e li quatre proumié d’abriéu ; li jour ounte la fre es de mai en mai marcado.

Jean Brunet (1822-1894), le poète républicain

jean-brunet-small

[caption id="attachment_11440" align="alignright" width="234"] Jean Brunet. DR.[/caption] Jean-Gabriel Brunet naît le 27 décembre 1822 à Avignon, du mariage de Joseph-Ambroise Brunet et de Catherine-Praxède Dumas. Comme son père, il exerce la profession de verrier et peintre-décorateur dans sa boutique d’antiquités situées au 1bis, rue des Fourbisseurs à Avignon. Il se lie d’amitié avec Stéphane Mallarmé lors de son séjour avignonnais, en même temps que Joseph Roumanille, avec lequel il participe à la création du Félibrige le 21 mai 1854 au château de Font-Ségugne.

Tué dans le bois (Simiane-la-Rotonde, 4 octobre 1722)

simiane-plaine

« Aujourd’huy a esté enseveli dans cette paroisse Jean Joseph Labourel, fils à feu esprit, après avoir été malheureusement tué et trouvé mort dans le bois le 4 octobre 1722, en présence des soussignés avec nous à Simiane. » [J. Arnaud, vic., Dumastre, ptre, J. Testanière] Dans son ouvrage Simiane-la-Rotonde.

La mort d’une femme enceinte (Ongles, 5 juillet 1767)

femme-enceinte-ouverte

« L’an que dessus et le cinquième du mois de juillet est morte et a été enterrée Delphine Aymar, femme de Gautier, de la paroisse de Cruis, étant chez Mathieu Aymar, son père, laquelle n’a reçu aucun sacrement, n’ayant appelé le prêtre que dans la nuit où elle fut morte, dans l’état de grossesse fort avancé.

Les mai­res de Dra­gui­gnan (Var)

Eugène Angles, maire de 1870 à 1874. DR.

XVIIIe siècle 1790 : François-Marie de Rasque de Laval 1790 : Jean Revel 1790-1791 : Jean-Jacques Maurel 1791-1794 : Jean-Louis Marc Creps 1795 : Joseph Guérin 1795 : François-Félix-Étienne Berlier 1795 : Jean-Vincent Lombart 1795 : Marc-Antoine-Hercule Jordany 1795 : Jacques Aimé Blanc 1795 : Jean-Louis Jaubert 1795-1796 : Pierre-Dominique Turrel 1796-1797 : Pierre-Jean-François Gubert 1797 : Laurent Perrage 1797-1798 : Pierre-Joseph Poulle 1798 : Dominique Germond 1798-1799 : Jean-Bernard-Étienne Jehan 1799 : Dominique-Auguste-Pierre Guérin 1799-1800 : César Raubaud 1800-1803 : Charles Ricaud XIXe siècle 1803-1807 : Joseph Tournel 1807-1808 : Jean-Louis Jaubert 1808-1813 : Eusèbe-Hercule-Désiré Reboul-Taradeau 1813-1814 : François-Félix-Étienne Berlier[caption id= »attachment_10339″ align= »alignright »

Surprise par la rivière (Entrecasteaux, 12 septembre 1691)

'Gross Gewaesser'. Inondations en été 1480, de la plaine du Rhin, entre Bâle et Strasbourg (TR). Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM32729.

[caption id="attachment_11199" align="alignright" width="300"] ‘Gross Gewaesser’. Inondations en été 1480, de la plaine du Rhin, entre Bâle et Strasbourg (TR). Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM32729.[/caption]« Honnorade Triconne, femme de Anthoine Morel, est morte par une mort surprenante1, d’un débord de la rivière l’ayant emportée et l’ayant cachée le long [de] la rivière.

Les hivers les plus froids à Arles de 1302 à 1789

1399150_10152197618613948_283275860_o

[caption id="attachment_11261" align="alignright" width="247"] Pierre Véran (1744-1819), historien arlésien.[/caption] L’hiver 2013-2014 ne restera pas dans les annales comme un hiver froid. Ce n’a pourtant pas été le cas dans les siècles passés. Certaines années, le froid qui s’est abattu sur la Provence a causé désolation et mort dans les bastides de nos ancêtres.

Bénédiction de Marie la cloche (Puimichel, 11 mai 1687)

puimichel

« L’an 1687 et le onzième mai jour de dimanche, nous, André Bernard, prêtre bachelier en théologie, vicaire perpétuel de Puimichel, assisté de messire Jean Ricoux, prêtre habitué à ladite paroisse et Monsieur Jacques Hadal, ecclésiastique, tous deux dudit lieu, avons béni la seconde cloche suivant le pouvoir qui nous en a été donné par messire Pierre Dayminy, archidiacre de Riez