[Provençal] Le Trembleur / Lou Tremoulaire

lambesc-tremblement-de-terre

Voici une petite histoire inspirée du tremblement de terre de Lambesc, du 11 juin 1909. Nous vous la proposons en français, accompagnée de sa traduction provençale réalisée par Martine Bautista. ILS ÉTAIENT FIANCÉS depuis la Saint-Michel 1908, et se marièrent le 30 avril 1909, le dernier jour permis avant le mois de mai pour respecter la coutume religieuse.

Une épileptique noyée dans un fossé (Châteaurenard, 6 août 1746)

chateaurenard-meunier

« L’an susdit et le sixième jour dudit mois, en suite de l’ordonnance des sieurs officiers de la baronnie de ce lieu rendue ce jour d’huy a été inhumé dans le cimetière le corps de Marie Guibert du présent lieu, âgée d’environ 45 ans, fille de feu Jean Guibert et de feue Élizabeth Viguier, lequel corps a été tiré ce matin

Le rocher assassin (Châteauroux-les-Alpes, 4 avril 1770)

chateauroux-rue

« Arnoux Ollieu, [fils de] feu Antoine, âgé de 61 ans, est décédé le 4 avril 1770 de mort violente causée par la chute d’un rocher qui l’a écrasé à la combe de Garcine, vu l’ordonnance de Monsieur le Juge des châteaux archiépiscopaux de ce jour, portant permission de donner la sépulture à son corps, il a été ensevelidans le cimetière

Les nettoyeurs de puits de Provence

curaire-de-pous

Le dessinateur toulonais Pierre Letuaire (1798-1885) a grandement contribué à faire connaître la vie de tous les jours des petites gens du XIXe siècle non seulement par ses dessins mais aussi par les textes qu’il écrivait sur les gens qu’il côtoyait. Voici en quels termes il parlait des nettoyeurs de puits.

Les maires de Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence)

reillanne

XVIIIe siècle 1793-1801 : François DERMITANIS XIXe siècle 1801-1802 : Michel MARTIN-FERRÉOL 1804 : François MARTIN-FERRÉOL 1804-1807 : Joseph DAUPHIN 1808-1823 : Paul DEVOULX 1823-1826 : Pierre-Paul ARNAUD 1826-1830 : Jean-Denis ISOARD octobre 1830-1831 : Marie-Denis MARTIN décembre 1831-octobre 1840 : Pierre-Paul ARNAUD octobre 1840-avril 1848 : Étienne CHAUVIN avril 1848-1851 : Jean-Baptiste ROMAN 1852-1857 : Jean-Auguste DERMITANIS 1857-1860 : Hercule César Alfred DE SALVE décembre 1860-avril 1861 : Joseph-Balthazard AUBERT avril 1861-octobre 1861 :

Tombée dans l’Èze (La Tour-d’Aigues, 8 juin 1689)

tour-d-aigues-bords-eze

« Les an et jour que dessus, a été enterrée au cimetière de La Tour, sur les cinq heures après midi, en présence des soussignés, Marguerite Lausette, femme de Dominique Julien du lieu de Grambois et habitant alors au susdit La Tour, les susdits Julien, servant de valet à la bastide de madame de Rauelly et ladite Lausette résidant en ce

Les ossements d’un saint inconnu (Champtercier, 11 novembre 1681)

champtercier

« Le onze novembre an que dessus par ordonnance de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime évêque de Digne, les ossements d’un dont on ignore le nom ont été transportés du quartier de Sainte-Colombe, appelé vulgairement aux Monges, dans l’église de ce lieu, et ensevelis dans icelle, dans la chapelle de Saint-Sébastien, jouxtant le pilier pour avoir été trouvés lesdits ossements dans une

La Loterie nationale et nos ancêtres

michelangelo-caravage-argent

Un des gestes courants de la vie quotidienne qu’ont fait quantité de nos ancêtres est, comme aujourd’hui encore – quoique sous d’autres formes –, celui de participer à la Loterie nationale. L’actuelle Française des jeux est l’héritière de la Loterie nationale française, créée par décret le 22 juillet 1933.

[Provençal] Damisello Elia

Miramas. Avenue de Saint-Chamas. Cliché Parraud.

DAMISELLO ELIA me semoundeguè aquesto carto poustalo de Miramas emai me la countè tambèn. N’en vaqui lou raconte : Sus aquesto carto poustalo, i’a un moussu em’un capèu mòu e uno cano : èro moussu Pons. Se tèn davans soun magasin de grano. Un entre-paus qu’eisistavo encaro i’a quàuquis annado d’acò. Lou couneissiéu bèn bord que restave just procho d’aqui.

Le tonnerre a tué (Collobrières, 1er août 1679)

berger-frappe-par-la-foudre

« Le premier jour du mois d’août jour et fête de Saint Pierre aux liens 1679 Antoine Ravel âgé de trente trois ans a été tué d’un coup de foudre dessous un châtaignier s’y étant hébergé avec deux ânes chargés de paille lesquels ont été tués aussi, pour faire voir sans doute que ça été en punition du travail qu’il faisait