Anselme Mathieu (1828-1895), le poète contesté

anselme-mathieu

Anselme Mathieu, un des sept primadié du Félibrige, est celui qui a eu le moins d’influence sur la renaissance provençale. Il ne signe que quelques poèmes publiés dans l’Arma­na, sous le pseudonyme de Felibre di Poutoun. Il est né le 21 avril 1828 à Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse) du mariage de Étienne-Hilarion, cultivateur, et de Claire Astier. Il a une sœur jumelle, Marie-Caroline, qui meurt à l’âge de 19 jours, le 10 mai 1828. C’est élève au collège du pensionnat Dupuy (actuellement rue Louis-Pasteur à Avignon) qu’il fait la connaissance de Frédéric Mistral. Les deux garçons ont pour professeur Joseph Roumanille.

L’attaque du loup (Callas, 7 juin 1788)

loup-affut-thumb

« L’an 1788 et le 7 juin, Do­minique Pierrugues, âgé de onze ans et huit mois, fils légitime de Jacques Pierru­gues, muletier, et de Catherine Mistral, Dévoré la nuit dernière par une bête féroce, ainsi qu’il conste par la procédure pri­se par les officiers de justice de cette ville à nous communiquée et portant ordre de sépulture sur les restes de

Augustin Daumas (1826-1896), sénateur du Var

augustin-daumas-thumb

[caption id="attachment_11730" align="alignleft" width="211"] Augustin Daumas. DR.[/caption]Augustin Honoré Daumas est né à Toulon, dans le Var, le 25 mai 1826. Son premier emploi est celui d’ouvrier mécanicien à la fin des années 1840.

[Provençal] Lou Rampau / Le Rameau

marseille-reformes-rameaux

L’AUTRE JOUR, n’en parla­vian emé moun paire. Quouro erian pichounet, pèr Rampau, emé mi fraire, èro de tra­di­cioun encò nostre que nosto grand nous croumpavo un rampau cafi de counfisarié. A la cimo d’aquéu rampau — un bastoun adourna em’un riban d’argènt e i branco de papié crespoun blu — i’avié un arange counfit em’uno raubo daurado que noun sai.

Le château de Saint-Maime (Alpes-de-Haute-Provence)

saint-maime-village-thumb

Saint-Maime est une commu­ne des Alpes-de-Haute-Pro­vence située non loin de For­cal­quier, sur le sommet d’une colline qui surplombe la Laye, une rivière dont les abords ont été exploités au XIXe siècle par des sociétés productrices de plâtres, de chaux et de lignite.

Paul Giéra (1816-1861), le notaire poète

paul-giera-thumb

[caption id="attachment_11546" align="alignright" width="241"] Paul Giéra. DR.[/caption] Paul Giéra naît le 22 janvier 1816 à Avignon dans une fa­mille de faïencier d’origine ita­lienne. Après de solides étu­des, il devient clerc de notaire, et finit par acheter une étude notariale, située au 41 de la rue de la Terre, en 1846. Sa position établie, Giéra se consacre aux œuvres de charité de sa ville d’Avignon. C’est au cours d’une réunion de bienfaisance qu’il fait la rencontre de Joseph Roumanille et de Théodore Aubanel. Giéra rejoint alors le petit groupe des poètes provençaux.

Assassiné au point du jour (Saint-Remy-de-Provence, 28 octobre 1699)

saint-remy-dessin-thumb

« Pierre Brémond, âgé de trente ans, fils de sieur Pierre et de demoiselle Anne Bour­gareau, de la ville de Marseille, paroisse de l’église cathédrale majeure, est mort le 28 oc­to­bre, en ayant été trouvé as­sas­si­né vers la pointe du jour à un quart de lieue de la ville de Saint-Remy, « Et a été enterré le lendemain dans le cimetière de

Les maires de Gap (Hautes-Alpes)

Frédéric Euzières, maire de 1878 à 1896. DR.

XIXe siècle 1800-1803 : Pierre d’Héralde 1803-1807 : Étienne Blanc 1807-1808 : François d’Abon 1808-1813 : François d’Hugues 1813-1815 : François d’Abon 1815-1821 : Jean-Louis Calandre 1821-1830 : Jean-Joseph d’Amat 1830-1834 : Joseph Allier 1834-1835 : Claude-Guillaume Blanc-Subé 1835-1848 : Élisée Roubaud 1848-1849 : Alfred Allier 1849-1850 : Clément d’Amat 1850-1856 : Claude-Guillaume Blanc-Subé 1856 : Édouard Bigillon 1856 : Adrien Roubaud 1856 : Élisée Roubaud 1856-1865 : Laurent Brunet-Blocard 1865-1869 : Alfred Allier 1869-1870 : Auguste Garnier 1870 : Xavier Blanc 1871 : Borel[caption id="attachment_10344" align="alignright" width="160"] Frédéric Euzières, maire de