13 – Mouriès

10 sites archéologiques des Alpilles à voir absolument

Alpilles

Les Alpilles, massif de hautes collines des Bouches-du-Rhône, s’étendent sur une superficie relativement faible (50 000 hectares), mais elles concentrent une extraordinaire richesse de sites archéologiques qui atteste de l’attrait qu’elles ont exercé sur les hommes depuis la Préhistoire. Nous vous invitons à en découvrir dix, en précisant que la liste n’est pas exhaustive. Voici 10 sites à connaître pour avoir une bonne idée du passé des Alpilles. Les voici classés du plus ancien des sites au plus récent.

Tombé de la charrette (Maussane, 7 juin 1760)

bannfdiv-small

« L’an mil sept cens soixante et le huitième jour du mois de juin a été enterré dans le cimetière de cette paroisse Honnoré Fourian âgé d’environ quatorze ans, fils nat[urel] et lég[itime] à Jean Fourian, travailleur, habitant de cette paroisse, du côté du Calan, et de feue Jeanne Puget, décédé depuis hier subitement par la chute d’une charrette sur

Les curés de la vallée des Baux

Les Baux de Provence- ISNARD (1256)- Varrion THIERRY (1349)- Pierre OSTAGE de VITROLLES (1370)- Laurent SOLEIAT (1468)- BOISSON (1570)- BAUD (1650)- Jean MATY (1660)- Laurent REPOND (1701-1702)- Jean-Baptiste TEYSSIER (1702-1749)- CLER (1749-1768)- ALEN (1768-1777)- BARRACAN (1777-1782)- MONTFORT (1782-1783)- DÉJEAN du CABRIÈRES (vicaire, 1782-1783)- BERTRAND (1783-1791)- MEISSONNIER (vicaire, 1783-1791)- VINCENT (1791-1792)- ROUX (procuré, 1792)- DATY (vicaire, 1792)- JOUSSARD (1793)- FOURNIER (1807-1817)-

Mouriès – des origines à la Révolution

Détail de la table de Peutinger (Tabula Peutingeriana), v. 250. On voit, au centre de l’image, l’inscription « Tericias », indiquant l’emplacement de l’antique Mouriès. Notez Arles, Fos, Marseille, Aix, d’ouest en est.

Source: « Les paroisses du diocèse d’Aix, leurs souvenirs et leurs monuments. Paroisses de l’ancien diocèse d’Arles » par l’abbé M. Constantin, 1898. Les commentaires qui suivent sont extraits du titre cité ci-dessus. L’abbé Constantin était vicaire à Saint-Rémy. Les sous-titres ne sont pas issus du texte original mais permettent une meilleure lecture.

L’homme mort de la Petite Vaquière (Saint-Martin-de-Crau, 22 décembre 1664)

vaquiere-cassini

Je, Jean Lardereau, maître chirurgien de cette ville d’Arles soussigné, satisfaisant à la commission qui m’a verbalement été baillée par messieurs les Consuls de ladite ville, aux fins d’aller voir et visiter un homme qu’on disait avoir trouvé mort dans le tenement dit la « petite Vacquière » et en effet serait parti de cette ville le vingt-deux du courant sur les