Non classé

Les cours d’amour des Baux

cour-d-amour

Les cours d’amour1 étaient aux châtelaines, aux dames, ce que l’art de la guerre était à leurs époux, aux chevaliers. Maynier affirma : Ces Dames établirent une Cour d’Amour au xiie siècle, sous l’autorité des Berengers, Comtes de Provence, continuée…

Paul Giéra (1816-1861), le notaire poète

paul-giera-thumb

[caption id="attachment_11546" align="alignright" width="241"] Paul Giéra. DR.[/caption] Paul Giéra naît le 22 janvier 1816 à Avignon dans une fa­mille de faïencier d’origine ita­lienne. Après de solides étu­des, il devient clerc de notaire, et finit par acheter une étude notariale, située au 41 de la rue de la Terre, en 1846. Sa position établie, Giéra se consacre aux œuvres de charité de sa ville d’Avignon. C’est au cours d’une réunion de bienfaisance qu’il fait la rencontre de Joseph Roumanille et de Théodore Aubanel. Giéra rejoint alors le petit groupe des poètes provençaux.

Jean Brunet (1822-1894), le poète républicain

jean-brunet-small

[caption id="attachment_11440" align="alignright" width="234"] Jean Brunet. DR.[/caption] Jean-Gabriel Brunet naît le 27 décembre 1822 à Avignon, du mariage de Joseph-Ambroise Brunet et de Catherine-Praxède Dumas. Comme son père, il exerce la profession de verrier et peintre-décorateur dans sa boutique d’antiquités situées au 1bis, rue des Fourbisseurs à Avignon. Il se lie d’amitié avec Stéphane Mallarmé lors de son séjour avignonnais, en même temps que Joseph Roumanille, avec lequel il participe à la création du Félibrige le 21 mai 1854 au château de Font-Ségugne.

Frédéric Mistral (1830-1914), le nouvel Homère provençal

Portrait de Frédéric Mistral,
par Félix-Auguste Clément, via Wikimedia Commons

[caption id="attachment_10915" align="alignleft" width="222"] Portrait de Frédéric Mistral,par Félix-Auguste Clément[/caption] Frédéric Mistral (Frederi Mistrau en provençal) naît à Maillane (13), au Mas du Juge, le 8 septembre 1830 du mariage de François Mistral et d’Adélaïde Poulinet, dans une famille de paysans aisés. La jeunesse Il fréquente l’école communale de Maillane de 1837 à 1839, mais fait régulièrement l’école buissonnière ; il est admis au pensionnat de Saint-Michel-de-Frigolet, puis au pensionnat Millet d’Avignon (1841). Il suit alors des études au Collège royal d’Avignon, où il rencontre Joseph Roumanille en 1845. En 1847, il obtient son baccalauréat à Nîmes.

[Provençal] Moun papet / Mon grand-père (partie 4)

Coll. part. Martine Bautista

Parties : 1 / 2 / 3 / 4 SUS LA CASSO, moun papet n’aurié counta pèr d’ouro de tèms ! N’avié toujour uno de mai à dire ! Malurousamen, i’a quàu­quis annado d’acò, lou papet s’amoussè au siéu d’uno longo malautié coume se dis, enviróuta d’afecioun e de siuen. Tres jour avans Nouvè cridè la famiho touto de veni pèr pausa cacho-fiò.

Histoire du domaine des Taillades (Lambesc)

chateau-taillades

Par Alexandre Dumont-Castells Le domaine des Taillades se situe à cinq kilomètres au nord-ouest de Lambesc et à un kilomètre au sud de la D22 à Vernègues. En 1820, neuf personnes y habitaient. [caption id="attachment_9824" align="alignright" width="463"] Le château des Taillades au début du XXe siècle. Coll. P.