Arrestation d’un jeune évadé du pénitencier (Aix-en-Provence, 4 août 1873)

L’an mil huit ent, etc. Devant nous, Hivert Pierre Antoine, commissaire de police, etc. S’est présenté le sieur Mourier Henri, garde-champêtre de la commune d’Aix, lequel nous a déclaré que, faisant sa tournée habituelle, étant parvenu au pont des Trois-Sautets, il a aperçu un individu étranger à la localité, auquel il a demandé l’exhibition de ses papiers.

Une visite à Gémenos

gemenos-2

L’abbaye de Saint-Pons Gémenos se situe exactement au pied de la Sainte-Baume, entouré de paysages superbes. De belles promenades sont à faire à travers le vieux village. En 1205 eut lieu la construction de l’abbaye de Saint-Pons. Malheureusement, le projet initial, trop ambitieux, ne put aboutir. La fondatrice, Dame Garcende, y établit une communauté religieuse de femmes.

Rôdeurs dans la nuit (Aix-en-Provence, Puyricard, 22 décembre 1802)

Ce jour d’huy deux nivôse an onze (1) de la République française, pardevant nous commissaire de police et dans notre bureau s’est présenté le citoyen Barthélemy Silvestre, ménager habitant le hameau de Puyricard, quartier de [la ] Trévaresse, lequel nous a déclaré que le premier du courant, vers les six heures du soir, deux hommes pliés dans un manteau, l’un

Mme Mathieu, de Jouques, avait-elles des biens ?

doc07

Ce document est une lettre émanant du receveur de l’enregistrement, ancêtre de notre collecteur d’impôts. Il nous montre que les registres d’état-civil ne servaient pas uniquement aux généalogistes, mais que l’administration fiscale y portait aussi grand intérêt…

Abandonné par sa mère (Saint-Chamas, 22 janvier 1837)

saint-chamas-panorama

L’an 1837, le 22 janvier à dix heures du matin, par devant nous, Antoine Vincent Chapus, Maire officier de l’état-civil de la commune de Saint-Chamas, canton d’Istres, département des Bouches-du-Rhône, est comparue Rose Jacquemas, épouse Mr Artaud, sage-femme âgée de trente-sept ans, laquelle nous a déclaré que ce jourd’hui à cinq heures du matin, ayant entendu du bruit, s’est levée,

Un garde-champêtre peu zélé (Montgardin, 1er janvier 1845)

photo-montgardin

Lettre du maire de Montgardin (Hautes-Alpes) au garde forestier communal. À Montgardin le 1er janvier 1845. Mon cher, J’ai l’honneur de vous prévenir qu’il se fait de grands délits dans les forêts de cette commune. J’espère que vous voudrez bien, sans cependant trop exagérer dans les affaires, faire quelque apparition un peu plus fréquente. Monsieur, j’ai l’honneur de vous saluer.