Vie quotidienne

Les scieurs de long dans la Provence d’hier

sclong

S’il est un métier que les Provençaux du XIXe siècle n’exerçaient quasiment pas, c’est certainement celui de scieur de long. Les documents d’archives attestent que, dans leur immense majorité, les scieurs de long ayant exercé en Provence étaient originaires d’autres régions, la plupart de temps du centre de la France.

La légende provençale (formation du legendarium provençal)

gens

La légende est un élément incontournable de la tradition provençale. On la porte aujourd’hui comme un étendard de la culture occitane. Les contes de Daudet sont toujours étudiés dans les écoles et les saints régionaux toujours honorés dans les villages. Il faut bien reconnaître que le fonds légendaire provençal est d’une richesse impressionnante.

Les Baux-de-Provence
au XIXe siècle

baux

Au début de la Révolution, le village des Baux-de-Provence se trouvait dans un réel état de décadence. L’éperon rocheux perdait constamment des habitants qui préféraient émigrer dans les villages de la plaine : Maussane, Paradou et Mouriès. La Révolution allait lui porter le coup fatal.

L’adolescence dans la Provence d’hier

avant-le-bain-bouguereau

La première communion marquait généralement le passage de l’état d’enfant à celui d’adolescent. Cette période de la vie se terminait d’ordinaire à vingt ans pour les garçons, à l’âge de la conscription, où l’on devenait un homme, à vingt-cinq pour les femmes, à la Sainte-Catherine.

Eyguières au XIXe siècle

eyguieres-cours-panorama

Le village d’Eyguières ne semble pas antérieur au XIe siècle. C’est en effet à compter de cette période que l’on constate l’existence d’une agglomération sur l’emplacement de l’actuel village. Auparavant, les traces d’habitat se retrouvaient plus au nord, dans le quartier de Sainte-Cécile, et surtout à Roquemartine, autour de l’ancien château.

Saint-Martin-de-Crau au XIXe siècle

saint-martin-de-crau-04

Arles, dont le territoire a toujours été d’une étendue incomparable, comptait sur son sol de nombreuses petites agglomérations qui se sont développées au fil des siècles. Elles portaient pour nom Tour-Saint-Louis, Moulès, Grand-Ponche, ou encore Saint-Martin-de-la-Palud. Cette dernière commune n’existait probablement pas avant la fin du premier millénaire, même si l’on y a retrouvé des vestiges de l’époque romaine (1).

Événements locaux (Arles, 26 juillet 1893)

arles-vue-generale-de-trinquetaille

CHRONIQUE LOCALE   Nous apprenons avec plaisir que l’Estudiantina Arlésienne va prendre par dimanche prochain 30 juillet au grand concours de musiques organisé à Beaucaire à l’occasion de la grande foire annuelle et de l’exposition de cette ville. Nous souhaitons bonne chance à notre sympathique société.

Des voeux de nouvel an (Manosque-Apt, 10 janvier 1810)

doc09

Le texte qui suit est une lettre postée à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) et destinée à Monsieur de Barret, à Apt (Vaucluse). Il s’agit d’une réponse à des voeux du nouvel an. Comme on le constatera, en comparant la lettre et sa transcription, on peut relever de très nombreuses fautes d’orthographe. Certaines sont toutefois caractéristiques de l’époque.

Les Antiques de Saint-Remy au temps de nos ancêtres

antiques-saint-remy

Saint-Remy-de-Provence, située au nord de la chaîne des Alpilles, abrite de nombreux monuments plus élégants les uns que les autres. Ces monuments, hérités de la glorieuse époque de la Provence romaine, donnent au village une âme à nulle autre pareille. C’est là que se dressait jadis la ville de Glanum dont le visiteur peut aujourd’hui voir les ruines remarquablement conservées.