Exécution publique à la porte du Puits (Aix-en-Provence, 1476)

leonard-pendaison-bernardo-baroncelli

Vers 1476, un certain Léon Asturg, de confession juive, avait proféré des blasphèmes contre la Vierge. Informé, le roi René le fit jeter au cachot et enseigner par des docteurs en théologie afin de le catéchiser. A quoi le Juif répondit en redoublant de blasphèmes. L’homme fut donc livré au bras séculier.

Le bourg Saint-Sauveur, centre historique d’Aix-en-Provence

plan-saint-sauveur-aix

Le Bourg Saint-Sauveur fut, jusqu’au milieu du XIVe siècle, une petite ville juxtaposée à la ville comtale d’Aix-en-Provence dont elle n’était séparée que par un chemin situé entre les deux remparts. C’est en 1357 que les habitants du Bourg demandèrent à ne former qu’une seule communauté avec ceux de la Ville Comtale.

Dé­cès par la fou­dre (Aix-en-Pro­vence, 26 avril 1874)

celony

(26 avril 1874) L’an mil huit cent, etc. (sic) Nous, Antoine Benoît, commissaire central de la ville d’Aix, etc. (sic) Etant informé qu’une femme avait été trouvée morte sur un chemin public au quartier de Célony, terroir d’Aix, et qu’on attribuait cette mort à la foudre, nous nous sommes transporté sur les lieux avec M.

L’ordonnance sur les chiens (Aix-en-Provence, 9 décembre 1775)

registre

[Pièce annexée – Extrait des registres du parlement] Sur la requête présentée à la cour par le procureur jurisdictionnel du lieu de Perricard1 contenant que sur celle par luy présentée au juge dudit lieu le vingt-trois novembre dernier, ce juge a rendu son ordonnance au bas le même jour portant injonction aux possédans biens dudit lieu de Puiricard qui voudront

Naître en Provence autrefois

bain-du-nouveau-ne-detail

À mesure que la grossesse avançait, l’angoisse survenait quant à l’accouchement. Le nombre d’enfants morts-nés — ou non-viables — fut particulièrement effrayant jusqu’au début du XIXe siècle. Ces naissances malheureuses s’accompagnaient parfois du décès de la mère, ajoutant un second deuil au foyer, et laissant un père désemparé.

Un noyé dans l’Arc (Aix-en-Provence, 18 avril 1873)

Sources : Archives municipales d’Aix-en-Provence, I1-15. L’an mil huit cent, etc. Nous, Monge Hippolyte, commissaire de police, etc. Ayant appris qu’un cadavre avait été retiré de la rivière de l’Arc, à l’endroit dit le Gour de Martelly, nous sommes transporté immédiatement sur les lieux, avec M.

Les maires de Miramas (Bouches-du-Rhône)

maire

XVIIIe siècle 1790 – 1791 : Joseph POURCHIER 1791 – 1792 : Jean Baptiste PÉTRIER 1792 – 1795 : Joseph POURCHIER 1795 : Jean Baptiste PÉTRIER 1795 – 1797 : Denis BOYER (agent municipal) 1797 : Jean Pierre COURNAND (agent municipal) 1797 – 1798 : Étienne COURNAND (agent municipal) 1798 – 1799 : Jean Baptiste REYNE (agent municipal) 1799 – 1800 : Louis SAPET (agent municipal) XIXe siècle 1800 – 1808 : Denis BOYER 1808