Vie quotidienne

L’immigration italienne en Provence au XIXe siècle

caserio

[google-translator] La Provence a été, à la fin du XIXe siècle, une terre d’accueil pour des milliers d’immigrants venus de l’autre côté des Alpes. Tout généalogiste réalisant des relevés d’état-civil se rendra compte que l’arrivée d’immigrants italiens remonte au Second Empire (1852-1870) et que ce phénomène subit une nette accélération dans les années suivantes (Troisième République, à partir de 1875).

Venelles au XIXe siècle

venelles-panorama-moulin

Si le site de Venelles fut occupé dès la période gallo-romaine, peu de documents nous renseignent sur la période précédant le XIe siècle. En ce temps, Venelles était dénommée Venenna (1014), puis Velenna (XIe siècle), enfin Venellae (1200), ancêtre de la forme plurielle actuelle : Venelles.

Châteaurenard au XIXe siècle

chateaurenard-cours-roubine

Châteaurenard, commune du nord des Bouches-du-Rhône, doit son nom à la famille Renard (Rainoardus), un nom fort répandu au début du XIe siècle. Le lieu était au Moyen Age bien différent de ce qu’il est de nos jours. Jusqu’au XIe siècle, la Durance avait une dérivation au nord du bourg.

Les enfants dans la Provence d’hier

enfant-william-bouguereau

Chez les enfants, les maladies étaient extrêmement redoutées. Combien étaient-ils en effet à ne pas atteindre l’âge de cinq ans, emportés par un mal contre lequel on ne pouvait rien. Aussi, la médecine populaire était vivement recherchée dans chaque situation angoissante. Parents et amis administraient fréquemment lotions et onguents pour soigner le moindre mal (voir le tableau ci-dessous).

La consaguinité et les degrés de parenté

consang2

Quel généalogiste ne s’est jamais retrouvé en présence d’une acte de mariage qui indiquait : « Après trois annonces ou proclamations, (…) sans avoir découvert d’autre empêchement que celuy d’un quatrième degré de consanguinité duquel les parties ont obtenu dispense, nous avons donné consentement au mariage de… » ?

La petite enfance dans la Provence d’hier

Arlésienne au XIXe siècle.

[caption id="attachment_3256" align="alignleft" width="175"] Petit enfant en Provence (1932). © Marcel Arduin.[/caption] Quiconque s’intéresse aux registres de baptêmes et de sépultures et aux registres d’État civil des siècles passés a tôt fait de remarquer que l’espérance de vie moyenne de nos ancêtres était particulièrement basse.