Institutions

Les maires de Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence)

reillanne

XVIIIe siècle 1793-1801 : François DERMITANIS XIXe siècle 1801-1802 : Michel MARTIN-FERRÉOL 1804 : François MARTIN-FERRÉOL 1804-1807 : Joseph DAUPHIN 1808-1823 : Paul DEVOULX 1823-1826 : Pierre-Paul ARNAUD 1826-1830 : Jean-Denis ISOARD octobre 1830-1831 : Marie-Denis MARTIN décembre 1831-octobre 1840 : Pierre-Paul ARNAUD octobre 1840-avril 1848 : Étienne CHAUVIN avril 1848-1851 : Jean-Baptiste ROMAN 1852-1857 : Jean-Auguste DERMITANIS 1857-1860 : Hercule César Alfred DE SALVE décembre 1860-avril 1861 : Joseph-Balthazard AUBERT avril 1861-octobre 1861 :

Une messe fu­nè­bre pour Ma­rie Lesz­czyń­ska (Aix-en-Pro­vence, 29 juil­let 1768)

La reine Marie Leczynska lisant la Bible (Jean-Marc Nattier, 1748).

[caption id="attachment_7531" align="alignright" width="218"] La reine Marie Leczynska lisant la Bible (Jean-Marc Nattier, 1748).[/caption] « Le 29e de juillet 1768 nous avons chanté une grande messe de mort pour notre auguste reine Marie de Pologne reine de France épouse de notre auguste roy Louis quinze le Bien-Aimé. Nos messieurs de Saint Sauveur ont assisté avec toute la pompe funèbre.

Les maires de Rians (Var)

rians-vue-generale

XIXe siècle Ignace BOURGES (1800-1804) Remi CABROL (1804-1813) Antoine BRUN (1813-1825) Louis TARDIEU (1825-1830) Pierre LANTEAUME (1830-1831) Auguste CASTELLAN (1831-1841) Jean PAILHERET (1841-1844) François BOURGES (1844-1848) François VIVIER (1848-1855) Jean PAILHERET (1855-1859) Joseph FABRE (1859-1860) Laurent REBUFFAT (1860-1861) Jean DAUMAS (1861-1865) Honoré BLANC (1865-1870) Joseph ROUSTAN (1870-1871) Joseph FABRE (1871-1878) Honoré ALPHÉRAN (1878-1884) Louis ROLLAND (1884-1886) Louis DAUPHIN (1886-1904) XXe

Le service de mort de Louis XV (Aix-en-Provence, 28 juin 1774)

Louis XV en habit de sacre
(portrait de Louis-Michel Van Loo)

[caption id="attachment_6008" align="alignleft" width="238"] Louis XV en habit de sacre(portrait de Louis-Michel Van Loo)[/caption] « Le 28e du mois de juin 1774, le couvent a fait un service de mort pour feu notre Auguste roy Louis 15e le bien aimé de son peuple avec un catafalque des plus beaux qu’on a fait dans la ville soit par la décoration lugubre ;

Restauration du Parlement de Provence (Aix-en-Provence, 15 janvier 1775)

Gallois de La Tour, premier président du Parlement de Provence restauré en 1775.
(médaille en bronze d’Augustin Dupré)

[caption id="attachment_6884" align="alignleft" width="293"] Gallois de La Tour, premier président du Parlement de Provence restauré en 1775.(médaille en bronze d’Augustin Dupré)[/caption] « Le 15e du mois de janvier 1775, Monsieur de Rochechoix en qualité de commandant du Roy en cette province avec Monsieur de Maruille ayant les mêmes ordres, ont installé l’ancien Parlement.

Anecdote du recensement (Lagnes, 1872)

© Christophe Fouquin - Fotolia.com

[caption id="attachment_5753" align="alignright" width="300"] © Christophe Fouquin – Fotolia.com[/caption] Tout généalogiste sait combien les données issues des recensements communaux du XIXe siècle sont à prendre avec des pincettes et sources de bien des erreurs ou inexactitudes. En voici un exemple, cité d’abord en provençal sous la plume de Lou Cascarelet, en 1873, puis traduit en français.

Les classes sociales sous l’Ancien régime en Provence

Le Tiers-États écrasé par les charges que font peser sur lui le clergé et la noblesse.

La société d’Ancien Régime est divisée en classes sociales. Loin de toutes connotations politiques ou juridiques, ce terme signifie simplement « catégorie » ou « division » de la population. Celui d’« ordre » lui est synonyme. Nous connaissons la division en trois grands ordres : [caption id="attachment_5580" align="alignright" width="300"] Le Tiers-États écrasé par les charges que font peser sur lui le clergé et la noblesse.

Le mauvais temps (Simiane-la-Rotonde, 20 janvier-13 avril 1842)

Simiane la Rotonde

Sur le registre d’état civil de Simiane-la-Rotonde (Alpes-de-Haute-Provence), signalons une curieuse mention rédigée pour justifier du fait qu’un mariage ne sera pas célébré à l’hôtel de ville : [quote]« L’an mil huit cent quarante-deux et le vingt du mois de janvier à l’heure de midi dans la maison de l’officier public, dont les portes étaient ouvertes au public, attendu que l’intempérie