Brève histoire de Reillanne

clocher-saint-denis-reillanne

Reillanne, fondée avant l’ère chrétienne, apparaît sous le nom « Reglana » en 909. A l’origine, c’était une bourgade romaine, Alaunia, située dans la plaine qui, dévastée par les invasions barbares, se transporta à son emplacement actuel. Au Moyen Âge, Reillanne se fortifia et un château fut construit. Elle devint ensuit un établissement templier, puis franciscain.

Brève histoire de Forcalquier

porte-cordeliers-forcalquiers

Fontcalquier (XIe siècle), Forchalquiar (XIVe siècle), Folcauquier, Focalquier (XVIe siècle). Viendrait de Forum Calcarium, en raison de son sol calcaire. Forcalquier fut habitée depuis la plus haute Antiquité et constituait, grâce à sa butte, une place stratégique. L’expansion de la ville date du VIIe siècle.

Brève histoire d’Eyguières

eyguieres-eglise

Castrum de Aqueria au XIe siècle. Située à l’extrémité nord-est de la plaine de la Crau, Eyguières existait avant l’arrivée des Romains et se trouve sur le passage de l’ancienne voie Aurélienne. On a retrouvé de cette époque des sépultures dans le vallon des Vignes, ainsi qu’une nécropole gallo-grecque au mont Menu. Comme son nom l’indique, Eyguières une cité d’eaux.

Les Chasseurs Alpins dans la Grande Guerre

compagnie-chasseurs-alpins

Parcourue de tout temps, la montagne a pourtant été longtemps jugée impraticable aux armées. Néanmoins, c’est bien Hannibal qui, conduisant l’armée carthaginoise, traversa les Alpes avec ses éléphants en 218 avant J.-C. En 1792, l’armée révolutionnaire envahit la Savoie et Nice et, plus tard, sous Napoléon, poussèrent jusqu’en Italie.

Une histoire d’Aureille

Aureille, vue générale. © Jean Marie Desbois, 2001.

Les étymologistes ne sont pas tous du même avis quant à la signification du nom « Aureille ». Trois tendances se dégagent : La première veut que ce nom soit rattaché à la voie Aurélienne. Cette voie, pourtant, ne passe pas dans le village, mais bien plus au sud. Une deuxième hypothèse renvoie à une racine provençale auro, liée au vent.

Les curés de la vallée des Baux

Les Baux de Provence- ISNARD (1256)- Varrion THIERRY (1349)- Pierre OSTAGE de VITROLLES (1370)- Laurent SOLEIAT (1468)- BOISSON (1570)- BAUD (1650)- Jean MATY (1660)- Laurent REPOND (1701-1702)- Jean-Baptiste TEYSSIER (1702-1749)- CLER (1749-1768)- ALEN (1768-1777)- BARRACAN (1777-1782)- MONTFORT (1782-1783)- DÉJEAN du CABRIÈRES (vicaire, 1782-1783)- BERTRAND (1783-1791)- MEISSONNIER (vicaire, 1783-1791)- VINCENT (1791-1792)- ROUX (procuré, 1792)- DATY (vicaire, 1792)- JOUSSARD (1793)- FOURNIER (1807-1817)-