Evénements de la semaine du 18 mai (Arles, 18 mai 1857)

promenade-lices-arles

Rapport de police du 18 au 25 mai 1857 Crimes et délits Le 18, arrestation du nommé Gaspard Marchand, âgé de 18 ans, marin natif et demeurant à Arles, prévenu de vol de 110 mètres de cordage au préjudice du capitaine marin Clavel. Le prévenu a été mis à la disposition du Parquet.

Les Astier molestent la famille Gontrand (Montgardin, 28 octobre 1746)

Source : Archives départementales des Hautes-Alpes, B755 A Monsieur le Juge du lieu de Montgardin Supplient humblement Antoine Gontrand et Marguerite Rougny, mariés, Jacques Gontrand et Marie Martel, aussi mariés, tous habitants au dit Montgardin, Représentent que le jour d’hier vendredi, sur environ les quatre à cinq heures du soir, Antoine Gontrand, l’un des suppliants, étant auprès de sa maison où

La mort d’un Saint-Chamassien loin de chez lui (Saint-Chamas, 27 juin 1780)

vue-saint-chamas-detail

Acte de décès d’Antoine Bauzan à la Martinique « Le 27 juin 1780, j’ai enterré dans le cimetière de cette paroisse, le corps du sieur Antoine Bauzan, natif de Saint-Chamas en Provence, capitaine en second sur le navire marchand appelé « l’Heureux Joseph », décédé à l’âge de trente six ans environ, muni des sacrements de l’église, en foi de quoi j’ai signé

Le moulin de Vacquière – un procès en 1781

moulin-vaquiere

Voici un document issu des Archives municipales d’Arles (cote BB55 f°17 v°, délibérations municipales) relatant le procès que subit Monsieur de Vacquière de la part des copropriétaires du canal de Crapponne, en date du 16 septembre 1781, pour avoir érigé un moulin sur son domaine. Messieurs, Il n’est aucun de vous qui ne sache que M.

L’assassinat du bon père Olive (Marseille, 13 janvier 1793)

eglise-saint-ferreol-marseille

Pierre Pourrière était le curé de la paroisse de Saint-Ferréol-le-Vieux. Il était très connu pour ses prédications en langue provençale, il mourut en 1747. Son neveu, Mathieu Olive, lui succéda. C’était un homme simple, bon, totalement consacré aux pauvres et aux malheureux à qui il donnait tout ce qu’il possédait. Il demeura curé de Saint-Ferréol jusqu’à la Révolution.